24. octobre 2021

Alternatives à Google : voici les nouveaux moteurs de recherche

Les critiques publiques à l’égard de Google se multiplient. Cela encourage les nouveaux concurrents. Ce que les alternatives à Google font différemment et comment elles veulent réussir.

À 25 ans, une technologie est en fait dépassée, affirme Gianpiero Lotito. Tout au plus, on achèterait un téléviseur à cet âge-là comme une « expérience vintage ». « Mais les moteurs de recherche sont tout aussi vieux. » Le cofondateur de FacilityLive, la start-up la plus précieuse d’Italie, veut dire : l’heure est à l’innovation.

Nombreux sont ceux qui ont déjà tenté de créer une alternative à Google ou de réinventer la recherche sur Internet. La liste des ratés est presque aussi longue. Mais aujourd’hui, un certain nombre d’entrepreneurs essaient à nouveau. Parmi eux, d’anciens employés de Google. Ils ont été portés par les régulateurs, les débats sur la protection des données et les avancées technologiques. Jamais l’occasion n’a semblé plus grande de défier l’adversaire apparemment surpuissant qu’est Google.

Comme Lotito, ils espèrent aussi le « dilemme de l’innovateur » : un produit initialement révolutionnaire ne peut être que très peu amélioré au fil du temps. Et tandis que le leader du marché doit se concentrer sur les ventes, les nouveaux concurrents peuvent poursuivre leur développement.

L’espoir est également alimenté par les organismes de surveillance de la concurrence du monde entier qui veulent briser le pouvoir monopolistique de Google. En outre, le cas de WhatsApp montre que de nombreux internautes accordent effectivement de l’importance à la protection des données lorsqu’ils en ont le choix. Après l’annonce de ses nouvelles conditions d’utilisation controversées, le nombre de téléchargements de Signal, plus respectueux de la vie privée, a augmenté rapidement. Le suivi des données est également la principale critique du modèle Google.

Le pouvoir de marché de Google reste toutefois énorme : en 2020, plus de 93 % de toutes les recherches sur Internet en Europe ont été « googlées ». Le plus grand moteur de recherche en Europe est Ecosia, qui, selon son fondateur Christian Kroll, détient une part de marché d’un peu plus d’un pour cent en Allemagne, en France et au Royaume-Uni.

Cela semble infiniment petit. Mais Dirk Lewandowski, qui fait des recherches et enseigne sur les moteurs de recherche à la HAW de Hambourg, souligne le « nombre gigantesque » de requêtes de recherche. « Si vous placez une annonce correspondante pour chaque requête de recherche, vous pouvez certainement gagner de l’argent même avec une part de marché minimale. » Pour le seul quatrième trimestre de 2020, Google a tiré 32 milliards de dollars de revenus de ses activités liées aux moteurs de recherche.

Il est également important de noter qu’il existe différentes façons de s’approprier une part de ce marché géant. La plupart des fournisseurs de moteurs de recherche combinent différentes approches.

L’indice

En arrière-plan, un moteur de recherche Internet fonctionne comme une table des matières. Les fournisseurs doivent scanner et utiliser des mots-clés sur des milliards de sites web pour montrer où se trouvent les informations recherchées. Si vous voulez concurrencer Google au sens propre du terme, vous devez constituer un index de sites Web de même taille et le tenir à jour. Cela semble presque impossible.

On estime que l’index de Google contient 500 à 600 milliards de pages, et son plus grand concurrent, Bing de Microsoft, 100 à 200 milliards de pages. En dehors de ces géants américains et du russe Yandex, il n’y a guère de moteurs de recherche disposant de leur propre index. Une exception est Mojeek, qui a été fondé en 2004 en tant que projet privé par Marc Smith à l’université anglaise du Sussex.

Ces dernières années, la petite entreprise a levé près de 2,7 millions d’euros de capital-risque auprès d’investisseurs privés et promet de ne pas collecter de données sur les utilisateurs. En avril 2020, Mojeek a annoncé qu’il avait désormais indexé trois milliards de pages. La société munichoise Cliqz s’est également essayée à son propre indice. Toutefois, le propriétaire majoritaire Burda a mis fin à la mission en 2020. Les obstacles étaient trop importants.

Après tout, l’internet ne peut pas être scanné sans autre forme de procès. Les moteurs de recherche ont besoin d’une autorisation d’accès aux pages qu’ils veulent indexer. Mais comme cela pèse sur les sites web, ils ne laissent entrer que les moteurs de recherche qui leur apportent en retour de nombreux visiteurs – c’est-à-dire Google et peut-être Bing.

C’est un cercle vicieux. Si vous n’augmentez pas votre indice, vous ne gagnez pas d’utilisateurs. Si vous ne gagnez pas d’utilisateurs, vous ne pouvez pas augmenter votre indice. Mais selon certaines rumeurs, un nouveau candidat prometteur souhaite construire un moteur de recherche avec son propre index : Apple. Le fabricant de l’iPhone aurait suffisamment d’utilisateurs, de capitaux et recherche des ingénieurs en moteurs de recherche.

Le modèle d’entreprise

Sans leur propre indice, mais avec un nouveau modèle économique, deux anciens employés de Google veulent secouer le marché. Avant de fonder Neeva il y a deux ans, Sridhar Ramaswamy et Vivek Raghunathan étaient responsables des systèmes publicitaires de Google et de la publicité sur YouTube.

Ils veulent maintenant offrir un service sans publicité et payant. Selon M. Ramaswamy, le financement de la publicité exige des compromis – plus de publicités et donc de moins bons résultats. Les fondateurs de Google ont dit la même chose.

Après une période d’essai, Neeva devrait coûter moins de dix dollars par mois. Le contenu général provient de Bing de Microsoft, les cartes d’Apple, les données boursières d’Intrinio et les informations météorologiques de weather.com. Les utilisateurs pourront également connecter des systèmes de stockage de données personnelles tels que les boîtes aux lettres électroniques, Microsoft Office ou Dropbox. Avec Sequoia et Greylock Partners, des investisseurs américains de renom ont déjà investi 37,5 millions de dollars.

Les jeunes fournisseurs de moteurs de recherche voient dans les offres destinées aux entreprises une autre possibilité de commercialisation. La start-up Xayn, basée à Berlin, en est un exemple.

Spécialisation

Avec Richard Socher, un ancien responsable bien connu de Salesforce, il veut aussi remuer le marché des moteurs de recherche. Sous le nom de You.com, l’expert en intelligence artificielle veut construire un « moteur de recherche de confiance » qui « agrège l’internet ».

Son moteur de recherche est initialement destiné à se spécialiser dans les décisions d’achat complexes, où les utilisateurs ouvrent généralement plusieurs fenêtres en parallèle pour comparer les offres. On ne sait pas grand-chose pour l’instant. Mais les bailleurs de fonds sont également connus : Marc Benioff, fondateur de Salesforce, et Jim Breyer, un des premiers investisseurs de Facebook.

Gianpiero Lotito et Mariuccia Teroni, cofondatrice de FacilityLive, se sont également intéressés aux requêtes de recherche complexes. Sur le web d’aujourd’hui, « il faut chercher soi-même l’information et changer sans cesse de page », explique M. Lotito. Quinze nouvelles plateformes thématiques devraient changer la donne cette année, dont une pour les musées et une pour l’organisation de voyages.

Ils regrouperont technologiquement les informations sans rediriger les utilisateurs vers d’autres sites. FacilityLive a levé 52 millions d’euros lors de la pandémie et sa valorisation s’élève à 225 millions d’euros. Elle est considérée comme la start-up la plus précieuse d’Italie.

Le groupe cible

L’entreprise berlinoise Ecosia est connue comme le « moteur de recherche qui plante des arbres ». Grâce à un modèle de licence, il obtient les résultats de recherche de Bing de Microsoft et reçoit également une grande partie des recettes publicitaires générées par ses utilisateurs. En janvier, Ecosia a enregistré des revenus de plus de 2,5 millions d’euros de cette manière. L’entreprise sociale investit 80 % des recettes excédentaires dans des projets de reforestation et des énergies régénératives. L’opération est intéressante pour Microsoft, car la plupart des utilisateurs d’Ecosia utiliseraient probablement Google autrement.

Le moteur de recherche américain DuckDuckGo fonctionne également avec un modèle de licence via Microsoft. Il s’adresse aux utilisateurs très soucieux de leur vie privée. Le fait que Google, Bing et d’autres fournissent d’aussi bons résultats de recherche n’est pas seulement dû à l’ampleur des indices, mais surtout à des analyses précises du comportement des utilisateurs. Grâce aux données collectées sur les utilisateurs, il est possible d’anticiper exactement ce que quelqu’un pourrait rechercher. Comme DuckDuckGo ne fait pas cela, les utilisateurs doivent souvent cliquer sur un plus grand nombre de résultats pour atteindre le résultat souhaité.

La technologie

Leif-Nissen Lundbæk est convaincu que la protection des données et la précision des résultats de recherche sont également possibles ensemble. Avec deux cofondateurs, le mathématicien a fondé Xayn à l’Imperial College de Londres en 2018 : Le moteur de recherche s’appuie sur l’apprentissage décentralisé de l’intelligence artificielle. Xayn utilise également différents indices.

L’application, qui ne peut jusqu’à présent être utilisée que sur les smartphones, analyse le comportement des utilisateurs sur leurs appareils et n’exporte aucune donnée personnelle. « Au lieu d’amener les données à l’algorithme, nous amenons l’algorithme aux données », explique le PDG Lundbæk.

Les modèles individuels seraient entraînés sur les téléphones mobiles, après quoi le comportement de recherche lui-même pourrait être utilisé comme modèle pour améliorer également les résultats de recherche d’autres personnes. « Nous pensons que la protection de la vie privée ne deviendra un phénomène courant que si elle offre la même expérience utilisateur que les applications non axées sur la protection de la vie privée », explique-t-il.

Depuis, l’entreprise s’est installée à Berlin et a levé 9,5 millions d’euros auprès du capital-risqueur munichois Earlybird, entre autres.

À long terme, Xayn veut se financer par un modèle premium et une offre pour les entreprises qui peuvent connecter leurs propres ressources de données au moteur de recherche. Un test est actuellement en cours avec les autorités d’une grande ville allemande.